« Est-ce que je dois acheter mon véhicule à titre personnel ou est-ce ma société qui prend en charge cet investissement ? » Vous vous posez souvent cette question sans avoir une vision claire des incidences de ce choix. Le sujet du véhicule du dirigeant est complexe pour deux raisons :

  • il existe plusieurs facteurs, notamment fiscaux, qui peuvent influer sur votre choix ;
  • la voiture fait partie de vos deux vies, professionnelle et personnelle.

Alors, que devez-vous retenir pour faire le bon choix ?

VEHICULE DE SOCIETE, UN CHOIX ECONOMIQUE ?

Si vous me permettez, je vais débuter par un cliché. La voiture, pour certains dirigeants, est un signe de réussite. Se faire plaisir en achetant un véhicule que vous ne vous seriez pas « offert » à titre personnel ? Ou bien au contraire, « que vont penser les salariés, s’ils me voient rouler en ****  ?»

Un véhicule de société permet de mettre la charge de son acquisition (ou de sa location) sur votre société. Néanmoins, il ne faut pas omettre que :

  • la TVA sur les véhicule de tourisme n’est pas récupérable. Le prix d’acquisition supporté par votre société est donc bien le prix TTC. Tel sera également le cas des réparations par exemple.
  • L’amortissement du véhicule, qui permet de récupérer le coût d’acquisition, est fiscalement plafonné.

L’AVANTAGE EN NATURE, UN ELEMENT A NE PAS OMETTRE !

Si la société investit dans un véhicule pour vos déplacements professionnels, elle sera mise à votre disposition. Vous l’utiliserez donc probablement le week-end et pendant vos congés. Dans ce cas, l’utilisation du véhicule de société à titre personnel est considérée comme un « avantage en nature ». Autrement dit, il s’agit d’une composante de votre rémunération, soumise à l’impôt sur le revenu et aux cotisations sociales. Si vos déplacements professionnels ne représentent que 30% du kilométrage effectué globalement avec le véhicule, est-ce vraiment avantageux ou au contraire, l’avantage en nature n’est-il pas trop important et fiscalement contre-productif ?

VEHICULE PERSONNEL ET IK : LE BAREME LEGAL, C’EST TOUT ?

Si vous optez pour l’utilisation de votre véhicule personnel, vous exposez néanmoins des frais pour vos déplacements professionnels. Ces frais vous sont remboursés par votre société sur présentation des justificatifs par le biais des IK (les fameuses indemnités kilométriques). Une réelle opportunité pour le dirigeant puisque ce remboursement n’est soumis, ni à l’impôt sur le revenu, ni aux charges sociales.

En pratique, les IK sont calculées sur la base du barème kilométrique légal, désormais plafonné à 7 CV. S’y ajoutent les frais d’autoroute, de garage, de stationnement, les intérêts d’emprunt (en fonction de la proportion des déplacements professionnels). Au lieu d’utiliser ce barème, vous pouvez faire le choix des frais réels. Cela signifie prendre en compte le coût réel de l’amortissement de la valeur du véhicule (comparaison du prix de l’argus en début et fin d’année), les primes d’assurance, le remplacement des pneus, les frais de carburant, et bien sûr les intérêts d’emprunt, frais d’autoroute, etc… Un tel choix peut être avantageux pour vous, à condition de tenir un classeur contenant tous les justificatifs nécessaires en cas de contrôle fiscal.

Le poste remboursement des IK, selon l’importance de vos déplacements, peut devenir un poste stratégique pour l’entreprise. L’entreprise ne doit-elle pas d’investir dans un véhicule, à moins que les IK soient un choix délibéré du dirigeant.

Enfin, qui dit véhicule personnel, dit nécessité de disposer de liquidités suffisantes à titre personnel, c’est-à-dire se rémunérer davantage avec les charges sociales et fiscales qui vont avec. A moins bien sûr, de recourir à un emprunt…

ET LA TVS DANS TOUT CELA ?

La TVS est la taxe applicable aux véhicules de société en fonction du taux d’émission de CO2 du véhicule de société notamment. Elle est due lorsque la société est propriétaire du véhicule, mais également s’il vous appartient et que vous réalisez plus de 15.000 km de déplacement professionnel par an.

NE PAS NEGLIGER VOS PARAMETRES PERSONNELS

Vous habitez près de votre entreprise ? Votre entreprise est à 40 km de votre domicile ?

Ce facteur peut avoir une incidence sur votre choix. En effet, le remboursement des IK pour vos déplacements professionnels ne vous empêche pas de faire valoir les frais réels sur votre déclaration de revenu si vous devez faire 50 km aller-retour pour vous rendre dans votre entreprise (au lieux et place de la déduction forfaitaire de 10%) par exemple.

Utiliser sa trésorerie personnelle pour acquérir un véhicule ? Opter pour le véhicule de société si vous êtes fréquemment sur les routes à titre professionnel ? Vous l’avez vu, de nombreux facteurs fiscaux interviennent dans un cas comme dans l’autre. Conséquence, votre choix doit résulter de facteurs propres à votre entreprise mais également à votre situation personnelle. C’est une dépense souvent stratégique qui doit faire l’objet de toute votre attention.

Un diagnostic posé et chiffré vous aidera à vous poser les bonnes questions et par conséquent prendre la bonne décision.

Alors, si vous n’avez pas les idées claires sur le sujet ou si vous êtes sur le point de changer de véhicule, vous savez ce qu’il vous reste à faire !