Lundi soir, j’étais invitée à participer à une réunion plénière du CJD du Mans (Centre des Jeunes Dirigeants). J’ai eu le plaisir d’intervenir sur le sujet du pacte d’associés. J’ai déjà écrit un article il y a plusieurs mois sur le sujet « S’associer pour le meilleur … prévoir le pire » pour mon blog.

Mon intervention auprès des JDs est une bonne occasion de compléter mes propos sur ce thème hautement stratégique pour les dirigeants d’entreprise.

BIEN PLUS QU’UN ACTE JURIDIQUE, UNE CHARTE ENTRE ASSOCIES

Trop souvent, le pacte d’associés est vécu par les dirigeants comme un acte purement juridique. Certains pensent qu’ils peuvent s’en passer, qu’ils « verront bien ». D’autres entendent les arguments de leurs conseils et en établisse un … qui termine souvent dans un placard ! Il ressort uniquement en cas de conflit, ou de sortie de l’un des associés. Le pacte d’associés, lorsqu’il y en a un, contient les clauses juridiques jugées incontournables … par les conseils. Si le dirigeant ne voit le pacte que comme un simple outil juridique, c’est bien souvent parce que la rédaction n’a pas été précédée d’une période de questionnement pourtant à mon sens fondamentale pour qu’il devienne bien plus qu’un acte juridique, une véritable charte entre associés.

QUI PERMET DE PÉRENNISER L’ENTREPRISE

Certes, ce questionnement entre associés peut être inconfortable. Il intervient à un moment où les associés vivent une sorte de « lune de miel ». Ils ont envie d’avancer sur leur projet, de réussir ensemble et voient la vie en rose.

Pourquoi tout gâcher dès le départ en se demandant :  Limite-t-on le montant des frais de restaurant, de déplacement ? Quel est ton rythme de travail ?  Pendant combien de temps acceptes-tu de ne pas te payer ? Quel est ton plus grand défaut ? Quelles sont tes valeurs de management ?

Les associés peuvent être mal à l’aise au moment d’aborder ces sujets. Pourquoi ? Parce que parfois ils se connaissent trop (couple, membre de la même famille, amis) … ou au contraire pas assez.

Rien n’oblige les dirigeants à discuter de ces sujets dans le bureau de leur conseil habituel. Les échanges peuvent naître dans le cadre d’un week-end ou d’une soirée conviviale !

Les dirigeants doivent voir cette charte d’associés comme une pierre à l’édifice de l’entreprise qu’ils sont en train de construire. La charte doit leur apporter de la sérénité sur plusieurs domaines : leurs relations entre associés, mais aussi pour leur entreprise, leur équipe. Peut-être qu’au début l’entreprise n’aura que peu de salariés, mais dès lors que l’équipe s’étoffe, 10, 20, …. 100 personnes peuvent être impliquées dans le projet. Or les conflits entre associés sont l’une des causes les plus fréquentes des difficultés d’une entreprise. En prévoyant une charte d’associés, les dirigeants sauvegardent leur intérêt propre, mais la charte va au-delà d’eux-mêmes. Elle protège également leur équipe et donc la pérennité de leur entreprise.

ET DONNE UNE BASE D’ECHANGE ENTRE ASSOCIES

Une charte d’associés doit, selon moi, contenir une partie juridique incontournable, mais aussi une partie « sur-mesure », co-constuite avec les associés afin d’être le plus pragmatique possible et contenir l’ADN, la raison d’être de l’association : répartition des rôles, niveau d’implication, ….

C’est la condition sine qua non pour véritablement faire vivre la charte d’associés. Elle peut être l’occasion de faire le point chaque année sur le rôle de chacun, son évolution par rapport à ses associés, mais aussi par rapport aux différents projets de l’entreprise. En bref, éviter qu’un fossé irrémédiable ne se creuse entre les associés, mais aussi entre l’associé et son entreprise. Cela permet aussi de se donner le droit de changer, de ne plus être l’associé des débuts. Chacun évolue, mais la pérennité de l’entreprise implique que cette évolution soit la plus transparente possible pour les associés afin que le redimensionnement éventuel puisse se faire agilement. Cela n’est possible que si les sujets sensibles auront été abordés dès le début.

 

Le pacte d’associés peut être vécu comme un passage obligé. Mais le jeu en vaut la chandelle pour maîtriser sereinement l’avenir de votre société, de votre équipe….et de votre association. La charte d’associés devient alors, au-delà d’un outil de gestion des risques de conflit, une pièce privilégiée pour la gouvernance même de votre entreprise….et de sa success story !

Alors, prêt à revoir votre pacte ou à en construire un ? N’hésitez pas à me contacter pour échanger !