Ça y est, le 15 septembre est passé… et vous avez donc dû payer le dernier tiers de votre impôt sur les revenus 2014. Comment avez-vous réagi en prenant connaissance du montant à régler ? Vous avez râlé ? « Vraiment, trop c’est trop ! ». Vous ne l’avez même pas regardé, c’est votre conjoint qui s’en charge ? « Je préfère ne pas savoir ». Pourtant un coup d’œil sur votre avis d’imposition pourrait être plus utile que vous ne le croyez. Démonstration !

CONNAISSEZ-VOUS VOTRE TAUX MARGINAL D’IMPOSITION ?

Vous le savez sûrement, l’impôt sur le revenu est calculé sur la base d’un barème qui est mis à jour, sauf exception, chaque année. Il comprend des tranches auxquelles correspond un taux d’imposition.

Ainsi pour les revenus de 2014, le barème est le suivant (par part) selon le montant des revenus :

De 9.690 € à 26.764 € 14%

De 26.764 € à 71.754 € 30%

De 71.754 € à 151.956 € 41%

Supérieurs à 151.956 € 45%

Ce barème s’appliquant par part, cela signifie qu’un couple marié (2 parts) pourra utiliser ce barème en divisant par deux le montant total du revenu imposable du couple pour 2014. Or, sur votre avis d’imposition c’est le taux moyen d’imposition qui est mentionné. Pourtant, le taux marginal (le plus élevé qui s’applique à vos revenus) est un outil très précieux. Pourquoi ? Prenons l’exemple d’un dirigeant, célibataire, qui se verse une rémunération de 75.000 €. Il atteint la tranche à 41%. Cela signifie que tous ses revenus supplémentaires (dividendes, revenus fonciers par exemple) seront imposés au taux de 41%. En revanche, si sa rémunération annuelle n’était que de 65.000 €, elle serait imposée au taux de 30% et il disposerait d’une marge de manœuvre avant d’atteindre la tranche de 41%. Il est donc tout à fait essentiel, notamment au moment où vous déterminez le montant de votre rémunération, de bien analyser les revenus de votre foyer et vos besoins. C’est ainsi que vous pourrez savoir si l’augmentation de votre rémunération est nécessaire ou susceptible de vous faire changer de tranche ! Vous voyez l’intérêt ?

ET LE PLAFONNEMENT DU QUOTIENT FAMILIAL DANS TOUT CELA ?

Vous avez des enfants qui grandissent. Peut-être sont-ils étudiants ? Il y a donc la fatidique question du rattachement au foyer fiscal. Est-ce qu’il vaut mieux bénéficier d’une part ou demi-part supplémentaire ? Ou est-ce qu’il est préférable que votre enfant déclare seul ses revenus ? L’avantage lié au quotient familial (nombre de parts ou demi-parts en fonction du nombre d’enfants attaché au foyer) est plafonné. Ainsi, rattacher un enfant au foyer ne peut pas permettre de réduire vos impôts de plus de 1.508 € par demi-part supplémentaire pour un couple marié. Des simulations s’imposent donc en cas de doute sur l’avantage du rattachement d’un enfant.

AVEZ-VOUS CUMULE TROP DE RÉDUCTIONS / CRÉDITS D’IMPÔT ?

Afin d’éviter que les contribuables ne réduisent le montant de leurs impôts par le recours aux « niches fiscales », il existe désormais un plafonnement de certains avantages fiscaux (intérêt d’emprunt, équipement de l’habitation principale, frais de garde des enfants, emploi d’un salarié à domicile, souscription au capital des PME, investissement immobilier,). Le plafond est fixé à 10.000 €. Au-delà, la dépense n’est pas prise en compte. Pour ne pas « perdre » une réduction ou un crédit d’impôt, il peut alors être utile de décaler de quelques mois des travaux par exemple pour en bénéficier l’année suivante. De même, en fin d’année, vous pouvez être sollicité pour souscrire des produits financiers qui permettent d’obtenir une réduction d’impôt. Une telle souscription peut se révéler improductive en termes de diminution de votre imposition si vous atteignez déjà une réduction de 10.000 € avec des travaux ou les frais de garde d’enfants…

J’espère vous avoir convaincu que votre avis d’imposition est un outil de pilotage de votre impôt, de votre rémunération et de certains investissements. Grâce à lui, vous pouvez véritablement réfléchir à la composition de votre imposition et à la mise en place d’une stratégie. Est-ce opportun d’augmenter votre rémunération ? Combien vous restera-t-il après la distribution que vous projetez d’opérer ? Ne va-t-elle pas vous faire passer dans la tranche supérieure ? Alors, prêt à ressortir votre avis d’imposition ?

Share This