Lépargne salariale…vaste sujet encore nébuleux pour beaucoup de dirigeants d’entreprise. Peut-être en faites-vous partie ? Il s’agit pourtant d’un outil qui gagne à être connu : c’est un outil d’épargne, à la fois pour les salariés et le dirigeant, mais aussi un outil de management. Sans oublier, bien sûr, les avantages fiscaux et sociaux liés aux différents régimes qui lui donnent un attrait tout particulier. Comment y voir plus clair ?

L’EPARGNE SALARIALE, OU COMMENT BOOSTER LA MOTIVATION DE SES SALARIES ?

L’épargne salariale, c’est donner la possibilité à vos salariés de créer collectivement une épargne individuelle en fonction des résultats et de la performance de leur, de votre entreprise.

La participation et l’intéressement n’est pas obligatoire dans les entreprises de moins de 50 salariés. Pour leurs dirigeants, pour vous si c’est la taille de votre entreprise, c’est une véritable réflexion à mener. L’épargne salariale permet de développer le sentiment d’appartenance au sein de votre entreprise. Là où les primes ou les augmentations de salaire revêtent un aspect compétitif, l’épargne salariale résulte du travail de tous au service de la performance de l’entreprise.

L’épargne salariale fait partie des « plus » qui faciliteront le recrutement et la fidélisation de vos principaux collaborateurs. Pourquoi ? Parce qu’elle est idéale pour le développement, la reconnaissance et la valorisation de l’implication des salariés dans votre projet d’entreprise.

L’image de votre entreprise qui en sera renforcée. Selon le 5ème baromètre du Club de l’épargne salariale-Harris Interactive publié le 13 octobre dernier, une entreprise qui a recours à l’épargne salariale est une entreprise qui prend soin de ses équipes (pour 67% des salariés mais aussi une entreprise plus performante (pour 61% des salariés).

L’EPARGNE SALARIALE, DES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX RENFORCES

Une palette d’outils assez variée est à votre disposition pour mettre en œuvre l’épargne salariale au sein de votre entreprise : l’intéressement, la participation, l’abondement dans un PEE (Plan d’Epargne Entreprise) ou dans un PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collectif). Ces termes ne sont pas très parlants, j’en conviens. Voici quelques éléments à retenir. Selon le régime choisi, l’objectif est différent : épargne moyen-terme (indisponibilité d’une durée de 5 ans dans le cas du PEE) ou long terme (déblocage au moment de la retraite pour le PERCO).

En pratique, l’épargne salariale peut être alimentée de quatre façon différentes :

  • La prime d’intéressement dont le montant varie selon le résultat et la performance de l’entreprise ;
  • La prime de participation, correspondant au partage d’une partie des bénéfices de l’entreprise ;
  • L’épargne personnelle du salarié, qu’il décide librement d’affecter au dispositif existant dans votre entreprise ;
  • Votre abondement: vous décidez du versement d’un complément à celui du salarié. Un abondement périodique peut également être mis en place.

Dans tous les cas, l’épargne ne peut dépasser 25% de la rémunération annuelle du salarié.

L’attractivité de l’épargne salariale réside dans  le montant réduit des charges sociales attachées aux primes (principalement le forfait social) et à leur déductibilité du résultat de l’entreprise. Bref, globalement une économie d’impôt sur les sociétés.

La loi Macron du 6 août dernier a renforcé l’attrait de ces régimes. Par la baisse du forfait social applicable au PERCO qui passe de 20% à 16% lorsque les versements sont issus de l’intéressement, de la participation ou d’un abondement de l’employeur et sous réserve du respect de certaines conditions liées à l’allocation des fonds au sein du plan.

Enfin, les entreprises qui comptent moins de 50 salariés sont clairement incitées à mettre en place un dispositif d’épargne salariale. En effet, pour elles, le forfait social est abaissé à 8% au lieu de 20% pour une durée de 6 ans à compter de la date d’effet de l’accord mettant en place le dispositif et pour les versements effectués à compter du 1er janvier 2016.

L’EPARGNE SALARIALE DANS LA CONSTRUCTION DE LA REMUNERATION DU DIRIGEANT

Vous hésitez encore ? Je terminerai donc par la cerise sur le gâteau. En tant que dirigeant, vous pouvez bénéficier à titre personnel de l’intéressement, de la participation, du PEE et du PERCO.

Dans la construction de votre rémunération, il serait dommage de passer à côté de cette composante. Elle peut utilement venir compléter votre rémunération actuelle. Ou bien, au contraire, elle peut contribuer à sa diminution afin d’épargner différemment, non pas à votre niveau personnel, mais au niveau de l’entreprise. Cela signifie une épargne réalisée avant impôt sur le revenu. C’est donc également un outil de maîtrise du niveau de votre imposition afin d’en limiter la progressivité et d’éviter d’atteindre les tranches les plus élevées.

Peut-être êtes-vous rémunéré au niveau d’une société holding ? Si votre holding dispose d’au moins un salarié, vous pouvez mettre en place l’épargne salariale à ce niveau et non au niveau de la société d’exploitation. La prudence est néanmoins de mise. Le salarié de la holding doit bien évidemment réaliser un travail effectif.

Des dispositifs variés, un outil de management, un moyen de réduire sa charge d’IS et un outil d’épargne pour le salarié et le dirigeant, voici au moins 4 bonnes raisons de vous intéresser à l’épargne salariale ! En tant que dirigeant, c’est un moyen de diversifier vos revenus aux côtés de votre rémunération, de vos dividendes et de l’épargne ou les investissements immobiliers réalisés à titre personnel. De multiples combinaisons existent. Laquelle est faite pour vous ? Nous pouvons le découvrir ensemble !

Share This